Dans cet article nous allons voir la quatrième qualité essentielle d’un Leader: Le Leader sait utiliser les différents styles de leadership selon les situations

« Cet article fait suite à la série d’articles consacrée aux qualités d’un leader, ou comment devenir un leader efficace. Voici le lien vers l’article précédent »

ID-10061491 (2)

Le leader définit sa manière de diriger ses collaborateurs à travers la recherche constante de l’équilibre entre 2 préoccupations principales : l’organisation, c’est-à-dire la productivité mesurée par l’atteinte des objectifs, et les hommes dont le bien-être se reflète dans l’ambiance de travail et les relations interpersonnelles.
Cette théorie du leadership a permis de définir 4 styles, en fonction de l’importance relative accordée à l’aspect efficacité et à l’aspect humain ou relationnel.

Les 4 styles de leadership
Le leader doit choisir son style en fonction du niveau d’adhésion et de capacité de son équipe, c’est-à-dire dans quelle mesure elle est disposée à assumer les responsabilités de la tâche à accomplir, et à quel point elle est capable de le faire.

Le leader directif ou autocratique
Ce comportement est concentré sur l’organisation en visant un résultat immédiat, et s’intéresse peu à la question des personnes.
Ce style convient aux situations où les membres sont nouveaux et inexpérimentés et ont besoin de beaucoup d’aide, d’orientation et d’encouragement pour accomplir leur travail, ou encore dans le cas où le groupe n’est pas du tout disposé ou est incapable de prendre des responsabilités.
Il individualise le management, car toutes les décisions sont concentrées chez une seule personne, qui structure le travail et dirige le groupe. Elle définit les rôles, répartit et dicte et les tâches de chacun dans les moindres détails.
L’échange verbal se limite à l’essentiel. Le leader parle beaucoup et écoute peu, les questions sont traitées rapidement, des points de contrôle sont prévus avec un calendrier précis. Il évoque surtout les résultats, les délais, les échéances, les urgences, les priorités.
Ce style nécessite peu d’investissement en temps. Les interventions sont brèves : beaucoup d’instructions, quelques explications, des plannings, des programmes, des ordres, des définitions de fonction, des procédures, des check-lists.
Ce style est efficace s’il est temporaire, par exemple en situation de crise, ou avec des collaborateurs peu expérimentés. Employé trop fréquemment ou avec des collaborateurs d’un niveau supérieur, ce style donne l’image d’un leader tyran ou autocrate.

Le leader persuasif
Les membres du groupe sont désireux, mais incapables d’assumer les responsabilités.
Le groupe est plus responsable, expérimenté et disposé à assumer des responsabilités. Le principal rôle du leader consiste à aider les membres à effectuer des tâches pour lesquelles ils n’ont pas les compétences.
Le leader enseigne aux membres comment accomplir les tâches, il les guide et les oriente, leur donne aussi beaucoup d’encouragements et les inspire à demeurer motivés.
C’est un animateur ou un vendeur, il joue un rôle de mobilisateur. Il se met en avant, il expose ses idées, ses valeurs, il met dans son discours le poids de ses propres convictions, il s’engage pour donner l’exemple.
Il utilise beaucoup le “nous”, il consulte, encourage les questions, répond aux objections, s’assure que tous ont parfaitement compris le travail demandé et sont prêts à le faire. Même si ses choix ont déjà été arrêtés, il peut modifier certains détails, si les avis de ses collaborateurs lui semblent pertinents.
En utilisant ce style, le leader essaie d’adapter son message ou les décisions qu’il a prises à son auditoire. Ce type de comportement se préoccupe fortement et de manière égale de l’organisationnel comme du relationnel.
Le manager parle beaucoup et apporte beaucoup d’explications, il peut être chaleureux et affectif. Il cherche à adapter son discours en fonction de son auditoire.
Le leader informe, explique pour convaincre ses interlocuteurs et mieux obtenir leur adhésion. Il évoque ainsi les raisons de ses choix ou décisions, leurs causes, leurs finalités, anticipe les objections et insiste sur les avantages.
Ce style exige un peu plus de temps pour convaincre l’équipe.
Le leader met en valeur ses collaborateurs, les encourage, leur témoigne sa confiance, les sanctionne positivement. Si le leader est une personne charismatique, ce style de leadership est très efficace et puissant.

Le leader participatif
Le leader utilise ce style de leadership en sachant que les travailleurs sont techniquement capables d’effectuer le travail. Toutefois, il se peut qu’ils ne soient pas disposés à prendre cette responsabilité (appréhension, ennui, manque de motivation, etc.)
Le rôle du leader est d’associer et de soutenir. Il partage les décisions avec ses collaborateurs, il exploite pleinement le potentiel de son équipe. Son comportement est très axé sur le relationnel, et peu sur l’organisationnel. Cela se traduit par une capacité d’écoute, de négociation et d’étude des problèmes.
Par conséquent, tous participent au processus de décision et les exécutent ensemble. Ici, le leader met l’accent sur les relations au sein du groupe et les sentiments des membres. Ce comportement favorise généralement un climat de convivialité, de collaboration franche, de confiance dans les capacités de chacun à avancer efficacement ensemble. Il implique également l’existence d’un véritable partenariat entre le leader et son équipe.
Ces derniers se sentent importants lorsque le leader leur donne un appui moral et des encouragements. Dans ce rôle, le leader est une personne-ressource et un collaborateur.
L’écoute semble donc être la qualité essentielle à développer. Le leader encourage et prend en compte les idées, les suggestions et les solutions proposées par ses collaborateurs. Il joue un rôle d’animateur pour organiser le temps, répartir le temps de parole, aider les participants à s’exprimer, synthétiser. Bien entendu, en adoptant ce style, le leader doit être prêt à accepter des propositions différentes, voire opposées des siennes.
La négociation est également cruciale, car il s’agit de considérer à la fois les intérêts de l’entreprise, du leader et de l’équipe. Toutes les idées doivent faire l’objet d’une analyse critique. Car la prise de décision n’obéit pas aux règles de la démocratie où la majorité l’emporte, mais est le fruit de négociations, de choix, de concessions. Le leader reste l’ultime

décideur qui peut au final préconiser sa propre solution, à condition d’expliquer les raisons de son choix.
Ce style exige plus de temps, depuis le recueil des opinions de toutes les personnes, puis la discussion jusqu’à l’adoption de la solution finale.
Le choix de ce style n’est possible que si le leader a la conviction que tous les participants sont de véritables partenaires visant la réussite, avec qui il peut travailler et discuter sur un pied d’égalité, et avec qui il est lié par une sorte de contrat tacite ou formel.
L’efficacité de ce style est conditionnée par une ambiance conviviale, et des techniques rigoureuses permettant un partage, un dialogue, un débat et une consultation authentiques.
Le leader délégateur
Le leader choisit de responsabiliser ses collaborateurs en leur déléguant des responsabilités, si l’équipe possède un niveau de compétence élevé et affiche une volonté ferme de réussite.
Le choix de ce style implique que le leader connaît parfaitement son équipe et a une confiance absolue en ses compétences, car il lui accorde un niveau d’autonomie très important.
Cependant, il est essentiel de conclure formellement un accord mentionnant les objectifs à atteindre, l’étendue des pouvoirs accordés, les moyens mis à disposition et les processus de contrôle mis en œuvre, au cours de la réalisation du travail. Toutefois, le leader laisse le choix des méthodes.
Le leader fait confiance au groupe, mais il conserve en toute discrétion une fonction importante de suivi, d’évaluation, d’information et de soutien, le cas échéant. Car délégation signifie confiance, non-indifférence ou absence.
Comment choisir le style de leadership le mieux adapté ?
Au vu des différents styles de leadership, vous vous demandez légitimement si un style prévaut, ou encore, dans quelles circonstances opter pour l’un ou l’autre.
En réalité, il n’existe aucun style universel ou standard qui convienne à toutes les occasions ou situations, ainsi qu’à toutes les personnalités.
Bien entendu, vous avez probablement votre propre style, celui qui vous permet d’être à l’aise pour exercer votre leadership et diriger efficacement votre équipe, et qui est défini par votre personnalité, la culture et la vision de votre entreprise, votre relation avec votre équipe, ainsi que votre environnement.
Cependant, si ces 4 modèles sont appelés leadership “de situation”, c’est parce qu’ils décrivent des types de comportement, chacun adapté à des circonstances bien définies.
Ainsi, face à une situation particulière, si vous vous demandez quelle ligne de conduite adopter, la connaissance des 3 éléments suivants vous apportera la réponse : vous, votre équipe, les circonstances.

 

Cliquez ici pour découvrir plus en détail la cinquième qualité des Leaders : Le Leader sait influencer par une bonne communication

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation